Les articles de presse (pas de commentaire !)

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par LKK le Ven 8 Nov - 1:03

Simone au LS, un drôle de pari




Comment comprendre l’arrivée de Marco Simone au poste de directeur technique du Lausanne-Sport? Qu’on soit clair! L’homme paraît tout à fait charmant et sa carrière de joueur est remarquable. En revanche, son parcours d’entraîneur – à peine une saison, en tout et pour tout – laisse planer une grosse incertitude sur sa capacité à conduire une équipe, surtout s’il s’agit du LS, d’un LS mal en point(s) qui plus est. De surcroît dans un championnat qu’il ne connaît guère. 

Hier, à l’occasion de sa présentation officielle, l’Italien a souligné son envie légitime d’embrasser le métier d’entraîneur. Dans un premier temps, il ne pourra le faire qu’avec un prête-nom puisqu’il ne dispose pas encore du diplôme nécessaire. Ce ne sera pas un obstacle. En revanche, on peut se demander comment il lui sera possible d’atténuer les effets d’une campagne de transferts ratée (celle de l’été dernier) tout en menant à bien la mission de sauvetage assignée. 

Insuffisant sur le marché suisse, là où il aurait pourtant dû puiser ses forces vives, le club vaudois s’attache ainsi les services d’un homme qui doit encore à peu près tout découvrir sur notre territoire. Evoquant ce début de saison, Jean-François Collet (vice-président) admet qu’il y a eu «trop de paris» tentés avec des joueurs au CV incertain. Le paradoxe est sans doute d’avoir pris là un pari supplémentaire, le plus gros sans doute, avec un technicien qui doit apporter «un regard neuf» sur la vie du LS. Si Marco Simone relève ce défi avec succès, nul doute qu’il aura alors véritablement lancé sa nouvelle carrière. Page 3




www.24heures.ch/



Marco Simone devient le nouvel homme fort du LS

Football L’Italien – qui ne possède pas encore le diplôme nécessaire pour entraîner – sera le directeur technique du club vaudois. Un «prête-nom» prendra place sur le banc


Présenté hier matin au stade de la Pontaise, Marco Simone (44 ans) est bien le nouvel homme fort du Lausanne-Sport (lire 24 heures d’hier). A un détail près. L’Italien endosse le rôle de directeur technique et non celui d’entraîneur principal. En effet, l’ancien attaquant n’a pas encore la licence UEFA Pro, condition sine qua non pour diriger un club de Super League. C’est donc un staff complet qui arrive à Lausanne, avec les Français Henri Atamaniuk (69 ans) comme coach officiel de la première équipe, Guillaume Norbert (33 ans) en tant qu’assistant et Patrick Legain (51 ans) comme préparateur physique. Florent Delay conserve son poste d’entraîneur des gardiens. Le contrat passé avec le LS porte jusqu’à la fin de la saison. 

En l’absence du président Alain Joseph (retenu par des obligations professionnelles), c’est Jean-François Collet, vice-président, qui a défendu «la nouvelle structure sportive». Laquelle a pour objectif prioritaire de maintenir le LS parmi les dix meilleurs clubs du pays. Ce qui, à considérer la position et le niveau de jeu actuels de l’équipe, n’aura vraiment rien d’une sinécure. «Nous avons rencontré une dizaine d’entraîneurs potentiels, indique Collet. Nous avons finalement choisi un homme. » Un feeling qui demande maintenant confirmation sur le terrain. Avec, dès samedi en Coupe de Suisse, le match piège par excellence à Brühl (1re ligue Promotion). 

Pourquoi Simone? «Au départ de Laurent Roussey (le 21 octobre), nous voulions prendre un peu de temps pour trouver l’entraîneur qui correspond le mieux à notre situation, explique Collet. Des personnes de contact à Monaco m’ont dit tout le bien qu’il fallait penser du travail de Marco Simone(ndlr: lors de la saison 2011-2012, sa seule expérience de coach jusque-là). Nous avons donc discuté et il est très vite apparu comme l’homme de la situation. Nous croyons en sa capacité d’amener un souffle nouveau et de redresser ainsi l’équipe. Ce que n’aurait pas forcément pu faire un entraîneur d’ici. »

Comme les dirigeants évoquent un «projet», qu’adviendrait-il si le LS tombait malgré tout en Challenge League? «Si nous vivons bien ensemble, j’imagine qu’il sera possible de poursuivre, même avec une relégation, assure Simone. Un mot que je ne veux d’ailleurs plus entendre. Je ne prends pas en charge une équipe de malades et je suis sûr que les joueurs sont les premiers à ne pas être heureux de la situation actuelle. Avec mon vécu, je vais essayer de remettre tout cela en place. »

La question du diplôme Marco Simone a entamé en septembre le travail nécessaire à l’obtention de la licence UEFA Pro, qui dure environ un an. Aujourd’hui, il pourrait diriger une équipe de Ligue 1 (France) ou de Serie A (Italie) par exemple. Mais, strictement appliqué, le règlement de l’Association suisse de football (ASF) lui interdit de conduire une équipe de Super League. Des dérogations sont parfois accordées, pour un club promu par exemple, mais pas dans un cas comme celui du LS. «C’est ainsi et je ne suis pas là pour polémiquer avec l’ASF», dit-il simplement. Il a donc fallu trouver un «prête-nom», autrement dit un porteur du fameux diplôme. L’expression ne plaît guère aux dirigeants, mais elle reflète la réalité. 

Il s’agit en l’occurrence d’Henri Atamaniuk, qui n’a dirigé que des clubs de seconde zone, entre la France, le Gabon, le Qatar ou encore le Vietnam. Cela dit, Simone sera bel et bien sur le terrain au quotidien. Les jours de matches, il prendra place sur le banc, sachant toutefois que la zone technique doit être occupée par un seul homme, le détenteur du diplôme. 

Et au plan économique? Parler du LS revient souvent, pour ses dirigeants, à évoquer un train de vie plutôt modeste et des moyens limités dans le concert de la Super League. Dès lors, comment ne pas s’interroger sur la faisabilité d’un changement de staff aussi massif? Comment ne pas imaginer un appui économique qui viendrait de l’étranger? «Les départs de Roussey et Fontbonne nous ont permis de repartir de zéro s’agissant du staff, répond Collet. Et Marco Simone vient à Lausanne avec des prétentions salariales qui correspondent à celles d’un entraîneur débutant. »

Mission impossible Rarement un dernier de classe n’est apparu aussi vulnérable que le LS 2013-2014. Marco Simone s’attaque donc à ce qui ressemble fort à une mission impossible. «La situation est évidemment difficile, mais ce pari ne m’apparaît pas impossible à relever, assure-t-il. J’ai d’ailleurs déjà connu une situation similaire. Lorsque j’ai repris Monaco, l’équipe était avant-dernière, avec 4 points, comme le LS». Les joueurs de la Principauté avaient alors rétabli la situation (voir ci-contre). 

Et Marco Simone connaît-il le foot helvétique? «La Suisse a une équipe nationale de très bonne qualité et des clubs qui désormais ont un parcours plus qu’intéressant en Coupes d’Europe. Ce qui m’a amené à m’intéresser à ce championnat. » Et le LS? «J’ai vu plusieurs des derniers matches en vidéo. Et j’étais présent dimanche dans les tribunes de la Pontaise. J’ai donc déjà un avis sur la majorité des joueurs du contingent. » Le dernier match, face à Saint-Gall (défaite 3-0)? «Un rythme modeste, peu d’occasions de but… Oublions un peu le classement! Au-delà du système de jeu, il faudra d’abord changer la mentalité des joueurs, leur façon d’interpréter les matches. »

Petite marge de manœuvre Le LS accuse aujourd’hui 11 points de retard sur le 9e de Super League. Et 66 points sont encore en jeu. Au-delà de cette réalité chiffrée, il existe un large contingent qui n’a guère donné satisfaction jusque-là. Il va donc s’agir de le densifier. Quelques joueurs partiront à Noël; d’autres devraient arriver. Concrètement, le LS a encore la possibilité d’activer trois licences. Suffisamment d’erreurs ont été commises l’été dernier; il ne faudra plus se tromper. 

Les nouveaux éléments devront impérativement jouer un rôle majeur. «C’est vrai, le choix sera important, admet Simone. Ce choix, nous le ferons avec le staff, en étroite collaboration. C’est ainsi que j’aime travailler. »

Un passage réussi à  l’AS Monaco




Marco Simone est aujourd’hui beaucoup plus connu pour son remarquable passé de footballeur – Milan (11 titres en 8 ans), PSG (3 titres en 2 ans) et Monaco (1 titre en un peu plus de 2 ans) –, puis pour ses remarques pertinentes sur le plateau du Canal Football Club, que pour son parcours d’entraîneur. Un vécu bien limité d’ailleurs, puisque l’Italien n’a connu la pression inhérente au métier de coach que huit mois durant. 

Entre le 12 septembre 2011 et le 19 mai 2012, Simone prit les commandes de l’AS Monaco, fraîchement relégué en Ligue 2. Ancien directeur de la communication au sein du club de la Principauté, Thierry Hubac se souvient des sarcasmes qui avaient accompagné l’arrivée du consultant de Canal+ à la tête d’une équipe à la dérive. «Pas mal de gens avaient accueilli sa nomination avec scepticisme, se souvient Hubac. Ils ne l’estimaient pas crédible pour un tel poste. Des réserves que Marco a su assez vite balayer grâce à d’étonnantes qualités de meneur d’hommes. Ses joueurs notamment avaient, les premiers, apprécié sa présence à leur côté. Grâce à son charisme et à son énorme expérience de joueur, il avait su retourner la situation à son avantage. »

Dix-huitième (sur vingt) à son arrivée, l’AS Monaco termina finalement son exercice à une honnête 8e place, après avoir aligné, au cours d’un deuxième tour digne d’éloges, une série de dix matches sans défaite. «Mais ces débuts encourageants n’ont pas suffi à convaincre le nouveau propriétaire du club, le Russe Dmitry Rybolovlev, de poursuivre l’aventure avec lui(ndlr: il lui préféra le plus expérimenté Claudio Ranieri), conclut Thierry Hubac. Marco en avait été à la fois déçu et frustré, d’autant plus qu’il n’avait pas retrouvé de club pour rebondir. »

Ancien attaquant à la fois très véloce et habile balle au pied, Marco Simone se basera naturellement sur son immense vécu pour redonner confiance et courage à un groupe tenaillé par le doute. Dans cette optique, avoir eu le privilège de côtoyer d’aussi grands entraîneurs qu’Arrigo Sacchi ou Fabio Capello, lors de ses huit saisons passées à l’AC Milan, offre à Simone des modèles suffisamment différents et marquants pour qu’il ait déjà une excellente idée des recettes qu’un bon entraîneur se doit d’appliquer. Et cela même si l’ancien international italien (4 sélections) n’a probablement jamais encore été confronté à une situation comparable à celle qu’il s’apprête à découvrir au LS. 


www.24heures.ch/


LKK

Date d'inscription : 27/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par LKK le Ven 8 Nov - 1:09

Dans la rubrique: Histoire dans le retroviseur, le 24h revient sur l'engagement de Zvunka il y a 12 ans deja...


Le Lausanne-Sports tient son nouvel entraîneur

Le Français Victor Zvunka signe un contrat de six mois avec le club de la Pontaise, dirigé par son compatriote Waldemar Kita


«C’est un meneur d’hommes et il est ouvert au dialogue», se réjouit Waldemar Kita en une de 24 heuresdu 10 janvier 2001. Après avoir essuyé le refus d’Henri Stambouli et évoqué le nom d’Alain Giresse, le patron du Lausanne-Sports vient d’annoncer le nom du nouvel entraîneur de son club: Victor Zvunka, 49 ans, Français d’origine hongroise. 

Son prédécesseur, Pierre-André Schürmann, n’avait pourtant pas démérité sur le plan sportif, Lausanne terminant le tour qualificatif à la quatrième place d’un classement dominé par Lugano, Saint-Gall et GC. Mais, entre lui et le président Kita, le courant ne passait plus. 

«Après avoir littéralement écumé les terrains de France, que ce soit comme joueur puis comme entraîneur, Zvunka a choisi de tenter l’aventure lausannoise pour sa première expérience à l’étranger», écrit François Ruffieux, spécialiste du football du quotidien lausannois. «Joueur, je suis tout de même resté huit ans à Marseille et, entraîneur, trois ans et demi à Niort et cinq ans et demi à Châteauroux», lui confie l’élu. Qui considère le LS comme «un club qui a une certaine renommée, dans une compétition helvétique qui n’est pas sans valeur. Du moins pour moi, qui suis un grand nombre de championnats européens avec attention. »

Dans son éditorial, François Ruffieux relève que «quelles que soient les compétences du nouveau venu, son sort dépendra toujours du «matériel» à sa disposition. Autrement dit des joueurs qui pourront être sollicités par le LS ou qui, au contraire, quitteront peut-être le club. (…) Zvunka risque d’éprouver bien des difficultés à faire mieux que son prédécesseur. » Bien vu! Dans sa chroniqueLa diagonale du foot du 26 mai 2001, toujours dans 24 heures,le regretté Norbert Eschmann écrit: «A la Pontaise, la saison a pris fin en décembre 2000. [Ensuite] ce fut une décadence progressive du jeu, du mental et de la confiance, entraînant une désertion du public jamais atteinte. »

Grâce à une victoire au Letzigrund lors de sa dernière sortie, le Lausanne-Sports boucle l’exercice à la sixième place (sur huit clubs ayant pris part au tour final pour le titre). Zvunka, lui, a déjà fait ses valises vers de nouveaux horizons, remplacé par le «Platini roumain», Radu Nunweiler. Et le club de la Pontaise ne recevra sa licence pour la saison suivante que sous conditions, dont celles de réduire rapidement son endettement et de revoir son budget à la baisse. 

Article parule mercredi 10 janvier 2001 dans24 heures. Archives consultables surhttp://scriptorium.bcu-lausanne.ch


www.24heures.ch/

LKK

Date d'inscription : 27/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par lsboy le Ven 8 Nov - 19:42

http://www.cartonrouge.ch/actualite/en-plus-detre-nul-le-ls-devient-ridicule/

lsboy

Date d'inscription : 07/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par LKK le Sam 9 Nov - 0:11

Atamaniuk, ou «le coup d’œil d’un gars qui a beaucoup voyagé»

Entraîneur principal du LS, du moins sur le papier, le Français se présente avant  le match de Brühl, cet après-midi


Au cœur de la Pontaise, au milieu des joueurs, sa voix porte. Et il en profite. Marco Simone donne ses consignes, distille ses conseils, interrompt une action pour corriger un geste, une attitude. L’Italien dirige avec vigueur l’équipe dont il est devenu le patron quelques heures plus tôt. Dans le staff désormais conséquent qui est celui du Lausanne-Sport, Simone porte le titre de directeur technique, faute de l’indispensable licence UEFA Pro. Détenteur du précieux document, Henri Atamaniuk – officiellement l’entraîneur principal – prend plutôt la posture de l’observateur. En retrait, le Français apporte, comme il le dit lui-même, «le coup d’œil d’un gars qui a beaucoup voyagé». Alors que la séance se termine, ce vendredi matin – l’équipe prendra la route de Saint-Gall après le repas de midi –, le moment est venu d’en savoir un peu plus. 

L’étiquette de «prête-nom», Atamaniuk (69 ans) l’accepte volontiers. Tout simplement parce qu’elle correspond à la réalité de cette nouvelle structure mise en place par les dirigeants du LS. «Les grands joueurs ne deviennent pas forcément de grands entraîneurs. C’est sûrement différent pour les grands joueurs qui savent s’entourer», dit-il en préambule. 

Mineur de fond Simone, Atamaniuk l’a connu voilà une quinzaine d’années, par l’intermédiaire de Dominique Rocheteau. Depuis, les deux hommes sont restés en contact. Mais c’est la première fois qu’ils travaillent vraiment ensemble. «Marco Simone a fait appel à un gars qui pourrait être son père. Moi, je suis fier d’avoir ce diplôme et de pouvoir mettre mon expérience au service de cette équipe. »

Mais d’où vient Atamaniuk, avec ce nom un peu étrange? «Je suis originaire d’Ukraine, explique-t-il. Mais j’ai grandi en Lorraine, où mon père était mineur de fond. Je l’ai été également. Pour ce qui s’est passé ensuite, je dis merci au football!» S’il a parfois entraîné des pros, à Angers ou à Orléans notamment, Henri Atamaniuk a plutôt l’âme d’un formateur. Avec des qualités qu’il a largement exportées, en Afrique ou en Asie par exemple. «Je suis en fin de carrière. Et c’est un plaisir de pouvoir relever le challenge proposé par le LS aux côtés de Marco Simone et de ce nouveau staff. Il s’agit aussi d’une aventure humaine. Et on va s’en sortir! Vous vous rendez compte?»

Mais avant de préparer le championnat, avec un match dans quinze jours à Berne, face aux Young Boys, il y a, tout à l’heure, la rencontre de Coupe de Suisse à Brühl Saint-Gall (1re ligue Promotion). Pas forcément un cadeau, qui plus est pour des nouveaux venus. «Sur un plan psychologique, je trouve au contraire que c’est une bonne chose, assure Henri Atamaniuk. Bien sûr, cette affiche ne nous laisse pas suffisamment de temps pour apporter de grandes modifications, mais ce sera une bonne base pour la suite. »

Sensible La suite? Un boulot minutieux qu’il s’agira de mener sur tous les fronts. Simone donnera la ligne et assurera la mise en place tactique. Et Atamaniuk apportera sa touche. «Un mot, un regard, une atmosphère. Le LS est aujourd’hui une équipe particulièrement sensible. »

De cette somme d’indications, de reformulations, de travail à la fois sur l’individu et l’équipe devrait naître un LS plus apte à se battre pour cet objectif qui peut sembler inouï: le maintien en Super League. 


www.24heures.ch/

LKK

Date d'inscription : 27/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par LKK le Sam 9 Nov - 21:30

http://www.20min.ch/ro/sports/football/story/Le-LS-a-su-changer-de-jeu-pour-se-hisser-en-quarts-28823898

LKK

Date d'inscription : 27/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par centvingt le Dim 10 Nov - 11:36

http://www.lematin.ch/sports/football/simone--important-netait-gagner/story/20313027
avatar
centvingt

Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 01/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par LKK le Lun 11 Nov - 22:10

Simone a posé la première - pierre sur le chantier du LS

Dans leur nouvelle organisation,  les Lausannois  ont souffert avant  de se qualifier pour  les quarts de finale, pour lesquel ils se déplaceront à Lucerne

«Au-delà d’une victoire ou d’une défaite, je voulais voir certaines choses travaillées depuis jeudi à l’entraînement. Les joueurs ont répondu présent. Et c’est un bon début!» Nouveau patron du LS, Marco Simone est resté très calme – et assis sur son banc, à l’exception des quinze dernières minutes – au cours d’une rencontre que le LS n’a pourtant pas toujours maîtrisée. Il s’en faut même de beaucoup si l’on songe au premier quart d’heure, par exemple, avec une entrée en matière qui a permis à Brühl de se ménager pas moins de trois occasions très nettes. Mais deux interventions de Fickentscher et un essai hors cadre ont préservé le visiteur d’un scénario qui aurait pu devenir franchement désagréable. 

Cela dit, le directeur technique et son imposant staff ont déjà tracé les grandes lignes du futur LS: une défense à trois, un triangle dans l’axe médian, deux joueurs de couloir et deux pointes. Avec l’idée bien arrêtée de donner davantage d’envergure au jeu vers l’avant. «J’ai vu quelques belles séquences, assure l’Italien. Mais il est normal aussi que l’équipe ait rencontré certaines difficultés sur un terrain aussi gras. » Il faudra évidemment bien plus que les trois jours à disposition pour donner à cette organisation l’efficacité espérée. A cet égard, Lausanne s’efforcera de tirer le meilleur des deux semaines qui viennent (trêve internationale le week-end prochain, avec les barrages pour la Coupe du monde) afin de se présenter dans les meilleures dispositions à Berne, le 23 novembre, pour le premier test d’envergure en championnat. 

A Brühl, face à un adversaire au jeu souvent très direct, avec de vigoureuses poussées vers le but adverse, les Lausannois ont connu des périodes de maîtrise collective plutôt convenable, alternant avec d’autres moments où les repères ne sautaient pas aux yeux. Dans ce contexte, ils ont eu le mérite d’ouvrir le score sur leur première occasion véritable, Ming ponctuant habilement un mouvement amorcé côté droit (centre en retrait de Tafer). Ming (18 ans) représente d’ailleurs l’un des sujets de satisfaction de ce samedi. Disponible et très actif, il a de surcroît inscrit son premier but avec les «grands». 

Ming surpris «J’avais dit en début de saison déjà que j’entendais profiter de chaque minute qu’on m’offrirait, indiquait-il au terme de la partie. Mon idée n’a pas changé. Là, c’est vrai, j’ai été un peu surpris que le nouvel entraîneur me fasse tout de suite confiance. Mon but a amené un peu de sérénité dans l’équipe. A cet égard, il était important. Quant au nouveau schéma de jeu, il doit nous permettre de prendre plus de risques offensifs, en trouvant un nouveau dynamisme. »

Sur l’ensemble de la partie, les deux équipes se sont créé cinq grosses occasions chacune. Une statistique qui a sa valeur, indiquant que le score final est plutôt flatteur pour le LS. Lequel a dû attendre les toutes dernières minutes pour se mettre à l’abri, d’abord sur un coup de tête de Ravet (centre de Khelifi), puis grâce à Ekeng, juste après avoir vu Brühl toucher le poteau des buts de Fickentscher (91e), Ekeng sauvant ensuite sur la ligne. Reste que cette qualification est importante puisqu’elle ouvre tout de même la porte des quarts de finale de la compétition. Elle donne quelques perspectives financières toujours intéressantes (75 000 francs pour une défaite en quart; 150 000 pour une défaite en demi-finale; 300 000 francs pour chacun des finalistes), mais permet surtout de travailler avec un peu de sérénité. Une véritable aubaine lorsqu’on se trouve devant un chantier aussi important. 

Brühl - Lausanne 0-3 (0-1)

Paul-Grüninger-Stadion, 1520 spectateurs. Arbitre:M. Amhof. Buts:33e Yang Yang 0-1. 88e Ravet 0-2. 93e Ekeng Ekeng 0-3. Brühl: A. Lazraj; Gelmi, Van der Werff, Trovato, V. Lazraj (71e Ramadani); Steiger, Bushati, Liechti (81e Unverdorben); Tranquilli, Sabani, Nguyen. Lausanne-Sport: Fickentscher; Katz, Banana, Facchinetti; Tafer, Zambrella, Ming, Mevlja, Khelifi; Kadusi, Coly. Notes:Lausanne sans Avanzini, Gabri, Meoli, Sonnerat et Pimenta (blessés). 8e tir de Liechti sur la transversale. 91e tir de Sabani sur le poteau et de Ramadani sur la transversale. 


www.24heures.ch/

LKK

Date d'inscription : 27/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par PatoCojo le Mar 12 Nov - 11:38

Querelles de clocher et intérêts communs avec le Lausanne-Sport

«Nous sommes le deuxième club du canton de Vaud, mais dans l’esprit, nous avons démontré que c’était le premier.» Entre autres piques adressées par Serge Duperret au grand «frère» de la Pontaise dans l’émission «Sport dimanche», celle-ci a particulièrement agacé Alain Joseph, président du LS. «J’ai été clairement déçu par ses propos, que je trouve très malvenus, surtout dans la situation où nous sommes en ce moment et venant de la part d’un club soi-disant ami», nous disait-il hier matin.

Les deux hommes, qui se sont parlés ensuite, se montraient moins hargneux en fin de journée. Cela vaut mieux, tant chacun aurait intérêt à dépasser les querelles de clocher pour construire un avenir commun. Le Mont, qui fait partie des huit partenaires du Lausanne-Sport dans le cadre du Team Vaud, pourrait servir à terme de plate-forme, en Challenge League pourquoi pas, vers l’élite – en espérant que le LS y demeure.

Mais pour ça, il faut s’entendre. Or, entre Duperret qui aimerait attirer les internationaux M20 Numa Lavanchy et Romain Dessarzin durant la pause hivernale, et Joseph qui souhaite une équipe M21 forte pour obtenir la promotion en 1re Ligue Classic, les intérêts immédiats divergent.

Le bon sens l’emportera-t-il avec le temps? «Cela fait six ans que je me bats pour cette formidable structure qu’est le Team Vaud et je ne supporte pas qu’on la pointe du doigt, dit Alain Joseph. Travaillons ensemble. Ne nous mentons pas, ne trichons pas et que chacun prenne sa place dans la pyramide. Notre objectif est simple: aux portes des M21, les cracks doivent passer en Super League et ceux qui ne franchissent pas le cap arrivent en produits finis, avec plaisir et sans indemnité, chez les clubs partenaires.» 

Le Matin du 12.11.2013

PatoCojo

Date d'inscription : 21/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par Lessing le Mar 12 Nov - 11:55

J'avais bien envie d'aller voir Le Mont-Bâle mais avec les propos stupides de son président nettement moins motivé... Ce Duperret est simplement imbuvable, il est le parfait exemple de tout ce qui est détestable dans ce canton, l'esprit de clocher qui fait que les choses ne fonctionne pas comme elles devraient...

Lessing

Localisation :
Date d'inscription : 11/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par micky le Mar 12 Nov - 12:36

Ah! au tour de Duperret? A part nos spécialistes forumeurs, y a-t-il une personne valable? Collet, Joseph, Roussey, Rueda, Duperret etc..

micky

Date d'inscription : 01/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par Scoopex le Mar 12 Nov - 15:51

PatoCojo a écrit:
Querelles de clocher et intérêts communs avec le Lausanne-Sport

«Nous sommes le deuxième club du canton de Vaud, mais dans l’esprit, nous avons démontré que c’était le premier.» Entre autres piques adressées par Serge Duperret au grand «frère» de la Pontaise dans l’émission «Sport dimanche», celle-ci a particulièrement agacé Alain Joseph, président du LS. «J’ai été clairement déçu par ses propos, que je trouve très malvenus, surtout dans la situation où nous sommes en ce moment et venant de la part d’un club soi-disant ami», nous disait-il hier matin.

Les deux hommes, qui se sont parlés ensuite, se montraient moins hargneux en fin de journée. Cela vaut mieux, tant chacun aurait intérêt à dépasser les querelles de clocher pour construire un avenir commun. Le Mont, qui fait partie des huit partenaires du Lausanne-Sport dans le cadre du Team Vaud, pourrait servir à terme de plate-forme, en Challenge League pourquoi pas, vers l’élite – en espérant que le LS y demeure.

Mais pour ça, il faut s’entendre. Or, entre Duperret qui aimerait attirer les internationaux M20 Numa Lavanchy et Romain Dessarzin durant la pause hivernale, et Joseph qui souhaite une équipe M21 forte pour obtenir la promotion en 1re Ligue Classic, les intérêts immédiats divergent.

Le bon sens l’emportera-t-il avec le temps? «Cela fait six ans que je me bats pour cette formidable structure qu’est le Team Vaud et je ne supporte pas qu’on la pointe du doigt, dit Alain Joseph. Travaillons ensemble. Ne nous mentons pas, ne trichons pas et que chacun prenne sa place dans la pyramide. Notre objectif est simple: aux portes des M21, les cracks doivent passer en Super League et ceux qui ne franchissent pas le cap arrivent en produits finis, avec plaisir et sans indemnité, chez les clubs partenaires.» 

Le Matin du 12.11.2013
absolument d'accord avec M. Joseph. -> je le résumai dans un autre post avant-hier. Le Matin est décidément très preneur de nos propos sur le forum... On peut lancer toute une série de buzz ;-))))
afro 
avatar
Scoopex

Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par centvingt le Mer 20 Nov - 11:31

Interview très sympa de notre entraîneur:

http://www.bloodymonday.ch/2013/11/20/henri-atamaniuk-merci-le-football/
avatar
centvingt

Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 01/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par Lessing le Mer 20 Nov - 12:31

Cette phrase : "On a par exemple constaté des carences physiques incroyables, sur la base de tests effectués par le préparateur."

Et en effet très bel entretien, un type bien ce Henri, mais dans le foot actuel...

Lessing

Localisation :
Date d'inscription : 11/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par PatoCojo le Mer 20 Nov - 13:33

http://www.lematin.ch/sports/football/francocongolais-essai-pontaise/story/10249153

PatoCojo

Date d'inscription : 21/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par LKK le Ven 22 Nov - 1:06

La Confrérie a fêté 40 ans de passion pour le LS

Le club de soutien a réuni hier soir 180 personnes  au Lausanne-Palace

Football
Lorsqu’on soutient une équipe et un club depuis quarante ans, c’est pour les bons moments, bien sûr, mais également pour les périodes plus difficiles. Hier soir, au Lausanne-Palace, ces amoureux du LS se sont persuadés que le maintien en Super League était encore possible. Nouveau directeur technique, Marco Simone est d’ailleurs intervenu dans ce sens. Président de la Confrérie, le malicieux Donato Mottini, a pour sa part, évoqué un autre espoir en observant, dans la salle, une cravate arborant le logo du LS et faisant référence à une victoire en Coupe de Suisse. «J’ai promis à Simone de créer une nouvelle cravate pour tout le monde si d’aventure l’équipe remportait l’édition 2013-2014. »

D’anciens joueurs (dont Stéphane Chapuisat) et entraîneurs, des représentants politiques (Marc Vuilleumier et Guy Parmelin, par exemple, tous deux membres à part entière de la Confrérie), des joueurs actuels aussi (Jérôme Sonnerat, Guillaume Katz, Sébastien Meoli), soit 180 personnes étaient réunies dans un heureux mélange de générations. Et puis, une présence particulière, celle de Pierre Hegg, revenu de très loin après la sauvage agression dont il avait été l’objet un soir de mars 2012 à Mönchengladbach, à l’occasion d’une visite au Borussia de Lucien Favre. «C’était une grande émotion de l’avoir parmi nous», assure Donato Mottini. Et on le croit volontiers. 


www.24heures.ch/

LKK

Date d'inscription : 27/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les articles de presse (pas de commentaire !)

Message par Lessing le Ven 22 Nov - 9:58

http://www.20min.ch/ro/sports/football/story/Henri-Atamaniuk-reinvente-la-position-de-Salim-Khelifi-11711521



-------

http://lausanne-sports.forumsactifs.com/viewtopic.forum?t=2095

Lessing

Localisation :
Date d'inscription : 11/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum