Directeur sportif, article Carton Rouge

Aller en bas

Directeur sportif, article Carton Rouge Empty Directeur sportif, article Carton Rouge

Message par Frambois le Mar 8 Juil - 18:26

Un article intéressant se trouve sur le site de Carton Rouge.

Le point sur le directeur sportif est vraiment pertinent. Grand Chelem commence à monter l'étendu de ses qualités quant au travail administratif et marketing. Y'a rien à dire, on n'avait jamais vu du si beau travail depuis... depuis le début en fait !

Côté sportif, c'était la cata' la saison dernière (vieilles casserolles obligent) mais ça semble en nette amélioration cette saison. A voir !

Par contre, il manque quand même une vraie "tête" du football dans ce club. Qqun qui fasse office de directeur sportif. Impossible d'employer qqun à 100%, alors pourquoi ne pas prendre exemple de Fournier à Servette.

Sauf erreur de ma part, il assiste l'entraîneur, fait office de directeur sport et technique et se charge de la condition physique des joueurs.

Ca me semble indispensable d'apporter un plus footballistique à Grand Chelem.

Frambois
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Directeur sportif, article Carton Rouge Empty Re: Directeur sportif, article Carton Rouge

Message par Rom_83 le Mar 8 Juil - 19:33

LS : restons prudents dans l'optimisme
Auteur : Psyko Franco
Categorie : Challenge League

Lausanne-Sport a fait sa rentrée officielle vendredi, au stade de la Pontaise. Devant l'assistance, les dirigeants du LS ont présenté les contours de la saison à venir avec, comme objectif, un classement dans la première moitié du tableau. Nouveaux sponsors, transferts prometteurs, partenariat avec le Campus Pelé, effort dans la formation : l'optimisme était de rigueur. Oui, mais...

Je vous prie d'avance de m'excuser. Je ne connais pas aussi bien le Lausanne-Sport que plusieurs rédacteurs de CartonRouge.ch. C'est pourquoi j'espère que les fanatiques ne me tiendront pas trop rigueur de quelques approximations ou erreurs d'interprétation.

Phrase choc

«Cette Super League qui nous tend les bras». Voilà certainement la phrase la plus marquante prononcée par le président Collet. Pour quelqu'un de l'extérieur comme moi, elle interpelle. Elle irrite presque les oreilles. Sans avoir suivi dans le détail les deux dernières saisons des «Misérables de la Pontaise», j'ai tout de même l'impression qu'il reste bien du travail pour hisser vers les sommets du football suisse une troupe qui a, ne l'oublions pas, réussi à écœurer même les plus fervents supporters du BWFK (qui existe toujours, à ce que l'on m'a dit). LS ne luttait-il pas contre la relégation il y a deux mois encore ?

Sportivement, néanmoins, je suis convaincu que la pause estivale a fait du bien au contingent de Cotting. Les arrivées de Diogo, Marazzi, Hélin et Bilibani devraient constituer de réels plus. L'affirmation de jeunes talents comme Pasche aussi. La promotion dans le cadre pro des juniors Buntschu, Gabriele, Pavlik (tous internationaux M19), Stadelmann (de retour de prêt) ou encore Mobulu doit redonner un coup de fouet. Alors oui, il y a des raisons de positiver.

Terrain vague et vague projet

En tout cas jusqu'à l'évocation des deux Brésiliens débarqués du Campus Pelé. Vous savez, ce terrain vague dont ne voudraient même pas les gosses des favelas. Vous savez, ce centre de formation qui, comme il n'est toujours pas opérationnel, n'est pour l'heure qu'une vague organisation qui récolte la lie du Paulista FC (retombé en D3, ça promet) pour l'exporter en Europe dans un club qui est, pardonnez-moi, autant attractif que ne l'était le front de Sibérie pour les soldats allemands de la Deuxième Guerre Mondiale.

Ainsi, le LS a déjà accueilli Marcelo Toscano, un demi offensif, et attend un buteur, Glaucivan. Lequel, soit dit en passant, fêtera ses 25 ans le 1er août. Dans le genre espoir qui sort d'un centre de formation, on a déjà vu plus frais. Et Cotting d'avouer qu'il ne connaît absolument pas ce dernier, et à peine le premier. Ce que beaucoup craignaient tend à se confirmer : Lausanne-Sport joue le rôle d'une poubelle pour le surplus de non-talent d'une sombre organisation brésilienne.

Bon, parfois et par chance, ça peut de temps en temps fonctionner, comme avec Eli la saison dernière. Mais, sur le principe, on est tout de même en droit de douter de la pertinence de l'affaire. Espérons pour le LS, pour le canton de Vaud, pour le football romand et même pour le football suisse que tout ceci se déroule au moins dans la légalité. Car il serait très mal venu que les dirigeants de Grand Chelem Management se retrouvent blousés et impliqués dans une affaire de transferts frauduleux.

Connaissance

Grand Chelem, justement. La vérité est que la société en général, Jean-François Collet en particulier, m'inspirent confiance. Peut-être pas en termes de compétence, j'y reviens de suite, mais en termes d'honnêteté et de franchise. Je crois M. Collet quand il évoque le futur, ses attentes, ses espoirs. Je suis persuadé qu'il met tout en œuvre pour bien faire. Mais a-t-il les armes nécessaires ?

Depuis la prise de pouvoir de l'été dernier, Grand Chelem a rassuré par son sérieux et par son discours. Cependant, sportivement, le compte n'y est toujours pas. Est-ce parce que tous les efforts ont avant tout été dirigés vers la formation, vers la promotion d'une école de football qui n'a plus besoin de faire ses preuves : celle d'un canton de Vaud grand fournisseur de joueurs de premier plan ? Espérons-le.

Budget

Néanmoins, quand on demande au président Collet qui est le directeur sportif du LS, la réponse étonne. Il n'y en a tout simplement pas ! Une sorte de collégiale qui décide de tout après de nombreuses consultations. Trop nombreuses. Et si le point faible de Lausanne-Sport était celui-là : de la bonne volonté mais un réseau limité et une connaissance tant du milieu que du jeu lui-même pas assez étendue. Car il faudra bien plus que des promesses pour permettre aux «Misérables de la Pontaise» de remonter un jour.

A commencer par un budget conséquent (3,3 millions cette saison). Souvenons-nous que, ces dernières années, les promus en Extraordinaire League ont été notamment Lucerne, Sion, Xamax et Vaduz, dont l'assise financière ressemblait plus à celle du maire de Montreuil-sur-mer qu'à celle de Jean Valjean le bagnard. Mais là encore, le président Collet s'en sort plutôt bien. «Nous ne sommes pas encore prêts, cela viendra dans quelques saisons.» Au mois, il ne survend pas son projet. Et ça, c'est plutôt rassurant. Non ?


SOURCE : CartonRouge

Rom_83

Localisation : Lausanne
Date d'inscription : 28/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum